CA Mozaïc - Les jeunes et le Crédit Agricole

Suivez-nous:

  • facebook
  • twitter
  • dailymotion

Comment régler ses dépenses à l’étranger ?

Espèces, carte bancaire, chèques de voyage ...

Vous avez arrêté la destination de vos prochaines vacances ? Si vous quittez le territoire, pensez aux moyens de paiement que vous prendrez avec vous. Ils ont chacun leurs avantages ...

À l’étranger, il faut avoir sur soi un peu d’argent liquide pour régler les premières dépenses (bus, taxi, etc.). Si vous allez dans un pays de la zone euro, pas de problème. Ailleurs, pensez à changer un peu d’argent avant de partir, afin de disposer, dès votre arrivée, de la monnaie du pays de destination. Vous pouvez vous rendre au guichet d’une banque ou dans un bureau de change pour obtenir des devises. Dans la mesure du possible, évitez les bureaux de change dans les gares ou les aéroports : les conditions y sont moins favorables. Il n’est cependant pas toujours facile de suivre cette précaution car la monnaie de certains pays pourtant touristiques (Maroc, Cambodge...) n’est pas convertible : de ce fait, vous ne pouvez en obtenir qu’une fois arrivé sur place. Et dans ces pays précisément, vous pouvez être accosté par des personnes vous proposant de vous échanger des devises... Une pratique à éviter : les arnaques à la fausse monnaie ou aux coupures n’ayant plus cours sont en effet légion !

La carte, partout ou presque

Avec votre carte Mozaïc de retrait/paiement, vous pouvez payer vos achats et retirer de l’argent dans de nombreux pays étrangers, auprès des commerçants ou dans les distributeurs affichant le logo Mastercard. Votre compte est débité immédiatement après chaque règlement ou retrait : vous évitez ainsi les mauvaises surprises. Et si vous avez un doute, vous pouvez consulter vos comptes sur le site Internet de votre Caisse régionale.
Dans les 17 pays de la zone euro, vous n’aurez aucune commission à payer pour un retrait ou un paiement. Hors de la zone euro, en revanche, chaque opération de retrait fait l’objet d’une commission fixe : mieux vaut donc de pas les multiplier, surtout pour des petites sommes. Pour vos achats, deux possibilités : soit vous validez votre transaction en composant votre code confidentiel sur un terminal de paiement, comme en France, soit vous devez signer un reçu. Vérifiez bien le montant inscrit. Et faites attention aux cases « tip » prévues pour le pourboire dans les restaurants américains notamment : remplissez-la vous-même pour éviter qu’on ne le fasse à votre place, ou rayez-la.

Le chèque, inutile hors de France !

Inutile d’emporter votre chéquier en vacances. Hors de France, les chèques sont presque systématiquement refusés et quand ils sont acceptés, les frais sont considérables. Même dans les pays qui ont adopté l’euro et qui sont frontaliers comme l’Allemagne ou l’Italie, les chèques sont difficilement acceptés car il n’existe pas de fichiers européens des interdits bancaires. En clair, un commerçant ou un prestataire de services n’a aucune garantie de paiement s’il accepte votre chèque.

Les chèques de voyage, pratiques et sûrs

Pensez également à emporter des travellers chèques. Vous les trouvez en euros, bien entendu, ou dans d’autres devises, dollar en tête. Vous les retirez auprès de votre banque, moyennant une commission de l’ordre de 1 à 3 %. À l’étranger, vous pouvez les échanger contre des devises locales ou les utiliser pour régler directement votre hébergement ou vos achats. Dans de nombreux pays, et spécialement aux États-Unis, les commerçants les acceptent. Les chèques de voyage ont un atout précieux : leur sécurité. Celle-ci est due tout d’abord au principe de la double signature. Lorsque vous recevez vos chèques de voyage, vous devez les signer un à un. Une fois à l’étranger, vous les contresignerez à chaque utilisation, en présence du bénéficiaire. La sécurité joue aussi en cas de vol ou de perte puisque la plupart des travelers sont remplacés dans les 48 heures le plus souvent, gratuitement, sur votre lieu de vacances.

© Uni Editions - - MIG - Octobre 2013

Imprimer